Funérailles de la foire/extraits

EXTRAITS DE LES FUNÉRAILLES  DE LA FOIRE.

PIÈCE EN UN ACTE , Représentée sur le théâtre du Palais-Royal, par ordre de S. A. R. Madame, le jeudi 6 octobre 1718,

PERSONNAGES.

LA FOIRE, Pierrot.  L'OPÉRA, Arlequin.

LA COMEDIE française. LA COMÉDIE italienne.

LE DOCTEUR .    SCARAMOUCHE.

MEZZETIN.         COLOMBINE.

M. VAUDEVILLE, poëte de l'Opéra comique.

M. CRAQUET, médecin.  M. BONTOUR, notaire.

SUIVANS DES DEUX COMÉDIES.

TROUPE D'ACTEURS FORAINS.

La scène est dans la salle de l'Opéra-comique.

______________________________________

(....)

SCÈNE IX.

(....)

LA FOIRE , L'OPÉRA.

AIR , vous pleurez, vous pleurez.( d'Alceste. )
Alceste, Quinault et Lully, II, 8. LWV 50/49. *

*Documents de l’IReMus en ligne, in, le Blanc_2015-03-16 Annexes du chapitre IV : l’opéra parodié à la Foire et à l’Opéra-Comique,

(....)

LA FOIRE.

Mon cher ami, ne pleurez pas;/ Mon argent ne vaut point vos larmes.

L'OPÉRA.

Est-ce là ce traité si doux, si plein d'appas,/ Qui nous promettait tant de charmes?

LA FOIRE.

Mon cousin, vous pleurez.

L'OPÉRA.

Cousine, vous mourez.

-----------------------------------------

                    |           LA FOIRE.

                    |        Vous pleurez, vous pleurez, vous pleurez.

Ensemble

                    |            L'OPÉRA.

                    |        Vous mourez, vous mourez, vous mourez.

 

LA FOIRE.

Se peut-il que le ciel permette/ Que la Foire et son cher Admète/ Soient ainsi séparés!

L'OPÉRA.

Ma poulette!

LA FOIRE.

Mon poulet !

L'OPÉRA.

Ma poulette!

----------------------------------------------------

                  |                LA FOIRE.

                  |               Vous pleurez.

Ensemble <

                  |                L'OPÉRA.

                  |              Vous mourez.

 

LA FOIRE, déclamant.

Ah! j'expire! je sens que le mortel frisson/ Me saisit.

L'OPÉRA.

Justes dieux !

LA FOIRE.

Approche, mon garçon./Dans ce dernier moment où tu lis ta ruine ,/ Viens , avance , reçois l'âme de ta cousine.

(Elle tombe mourante dans les bras de l'Opéra. )

L' OPERA, aux spectateurs.

Équitables témoins de mes vives douleurs,/ Plaignez mon infortune et soyez mes vengeurs.

( Il emporte la Foire derrière le théâtre, d'où l'on voit sortir le docteur. )

SCÈNE X.

LE DOCTEUR, seul.

AIR , C'en est fait, il faut que je meure.( d'Alceste. )
Alceste, Quinault et  Lully, III, 2.  Air 215 : Parodié d’Alceste.*

*Documents de l’IReMus en ligne, in, le Blanc_2015-03-16 Annexes du chapitre IV : l’opéra parodié à la Foire et à l’Opéra-Comique,

HELAS ! hélas!/La Foire est à sa dernière heure!/C'en est fait, il faut qu'elle meure./Que tout sente ici son trépas./Hélas! hélas!

CHOEUR D'ACTEURS FORAINS, qu'on ne voit point.

Hélas! hélas! hélas!

SCÈNE XI.

LA POMPE FUNÈBPiE.

TOUS LES ACTEURS FORAINS AVEC DES CRËPES, ET L'OPERA AUSSI EN CRÊPE AVEC DES PLEUREUSES.

L'Opéra mène le deuil; ils s'avancent tous d'un pas lent et conforme a leur tristesse, pendant que l'orchestre joue la marche d'Alceste.

COLOMBINE.

AIR , La mort barbare. (d'Alceste. )
Alceste, Quinault et Lully, III, 4. LWV 50/55. Air 216 : Parodié d’Alceste. *

*Documents de l’IReMus en ligne, in, le Blanc_2015-03-16 Annexes du chapitre IV : l’opéra parodié à la Foire et à l’Opéra-Comique,

LA Fcire est morte. 

CHOEUR.

La Foire est morte.

COLOMBINE.

La Foire a satisfait au cothurne en courroux./Superbes ennemis, quel triomphe pour vous!/Si la Foire eût vécu, vous fermiez votre porte./La Foire est morte.

CHOEUR.

La Foire est morte.

COLOMBINE.

La mort barbare /Détruit aujourd'hui tous les ris. (bis)/Déjà de tout Paris / J'aperçois l'ennui qui s'empare.(bis) /La mort barbare/Détruit aujourd'hui tous les ris./La Foire est morte.

CHŒUR.

La Foire est morte.

L' OPERA, aux spectateurs.

Public , dans ce malheur , qui nous regarde tous, Maudissez les Romains (*). et dites avec nous : Que le grand diable les emporte.

(*) Ce mot désigne les comédiens Français.

COLOMBIliE.

La Foire est morte.

CHOEUR, en se retirant.

La Foire est morte.

SCÈNE XII.

L'orchestre joue l'air, Elle est morte, la vache à Panier.

LA COMÉDIE FRANÇAISE, LA COMÉDIE ITALIENNE, SUIVANS DES DEUX COMEDIES.

LES DEUX COMÉDIES entrent en chantant, après la symphonie , l'air qu'elle a joué.

ELIE est morte , la vache à Panier, Elle est morte , il n'en faut plus parler.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

Nous en voilà donc enfin débarrassées.

LA. COMÉDIE ITALIENNE.

Oui, grâces au ciel.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

AIR , Nous n'avons qu'un temps à vivre.

Dansons, tout nous y convie./Ce jour change notre sort / La Foire, notre ennemie/ Le rend heureux par sa mort.

(Les suivans des deux Comédies forment une danse qui est coupée par ce branle.)

BRANLE.

Premier couplet.

LA COMÉDIE FRANÇAISE.

AIR.  Adieu donc, dame Françoise.

Cette Foire extravagante/ Sans cesse excitait des ris,/ Et dégoûtait tout Paris/ De notre scène savante./Il aura beau mourir d'ennui,/ Il viendra chez nous malgré lui.

CHŒUR DES SUIVANS DES DEUX COMEDIES.

Il aura beau mourir d'ennui, Il viendra chez nous malgré lui.


 

 

Date de dernière mise à jour : 04/09/2018