Thalie et Melpomène

 

Cette distinction, aujourd'hui sans pertinence, pouvait paraître   pérenne,  Molière et  Racine symbolisant cette distinction .

une soirée chez Madame Geoffrin.jpg​​

                                  " Le salon de Madame Geoffrin en 1755 "

  Tableau de Anicet Charles  Gabriel Lemonnier (1743-1824), mais qui date de  1812..Le peintre y représente la lecture d'une pièce de Voltaire. Pour cette séance, l'artiste a réuni des célébrités de l'époque. L'événement  fut  authentique    

L'exemple de Corneille, cependant, remet  quelque peu en cause cette  classification.  Les arguments  de  G. Lanson dans sa thèse sur l'origine de la comédie larmoyante chez Nivelle de la Chaussée ¹ , font de Corneille le précurseur du dépassement de cette opposition.

« Ce qui, au 17e siècle, rappelle  le  plus l'esprit de Marivaux ou de M.  Dumas fils, ce sont les  premières oeuvres  de  Corneille; et à certain égard aussi, par la peinture sérieuse de la vie privée, elles font  songer au Préjugé à la mode et à l'Ecole des  amis : Corneille est  en quelque sorte le précurseur de La Chaussée.
Mais tous ces essais ne furent pas poursuivis et tous les germes d'où  aurait pu   sortir  un troisième  genre  dramatique  furent étouffés.

(....)

« quand  Corneille abaissa la tragédie à  une familiarité presque comique, on y  vit une faiblesse de  son génie plutôt qu'une  imitation  naïve de   la nature. La  tragi-comédie,  qui  pendant quinze ou  vingt  années prit presque  le  pas  sur  la  tragédie,  disparut  vers   1640.  On laissa aux  Espagnols  leur comédie  romanesque,  et  Corneille, abandonnant la  comédie de  genre qu'il avait créée,  fit  le Menteur,  premier chef-d'oeuvre  de  la  comédie  de  caractère .»

 ¹ Paris, librairie Hachette et Cie 1887;

 

 

 

Sur la périodisation

 La classification périodique des oeuvres  ne saurait se modeler sur la seule coupure chronologique. Les  jugements varient . Pour l'histoire littéraire actuelle le 18ͤ siècle commence  en 1715  à la mort de Louis XIV, et quant à la comédie,  seuls  Marivaux et Beaumarchais semblent avoir échappé au crible de la critique  .
Pourtant, ce sont de l'ordre de 11600 pièces qui furent écrites  par quelque  2200 auteurs d'après les recensions effectuées pour les années  1700 à 1789   ¹ . Indication quantitative qui ne saurait préjuger de la qualité des œuvres ; ni justifier de leur oubli.    
 

Dans cet esprit, une question peut se poser en particulier pour un groupe de dramaturges, tels que Regnard, Dufresny, Dancourt, Lesage. L' expression  charnière entre deux époques a été utilisée pour situer l' œuvre de ce dernier dans le temps.

On retiendra, selon cette formulation, que chacun selon sa manière, annonce une liberté de pensée, qui par certains aspects, se rattache à l'esprit des Lumières .
Plus généralement, d'autres historiens ont eu recours, naguère, à des modes de périodisation différents.
Ainsi dans un opuscule didactique intitulé La Comédie, ²  Molière étant  la référence centrale, le chapitre qui précède se nomme  De Jodelle à Molière et celui qui fait suite aux pages sur Molière porte comme titre :   Du Misanthrope à Madame Angot . entre  un avant et un après- Molière, jusqu'à la parodie des anti-précieuses du Directoire, période également contemporaine des premières années du mélodrame,  qui font suite aux tentatives du drame bourgeois selon Diderot .

  ¹ Le théâtre français du XVIIIe siècle, André Blanc © ellipses/éditions marketing S.A.,1998.(introduction)

²  La comédie (du moyen âge au 19e  siècle), Léon Levrault , ed. Paul Delaplane (Paris)  1901

 

Types conventionnels de la comédie

 L'historien du théâtre Eugène Rigal. dans son ouvrage  De  Jodelle à Molière ed.Hachette 1911.

 https://archive.org/details/dejodellemolière, dresse, en son premier chapitre, un tableau des types conventionnels de la comédie avant Molière

De jodelle a moliere rigal eugene bpt6k58333066De jodelle a moliere rigal eugene bpt6k58333066 (1.49 Mo)(1.49 Mo)

Sa typologie ne résulte pas d'une classification externe, mais procède du contenu des oeuvres, à travers l 'evolution historique des personnages considérés. Soit : le vieillard amoureux et berné, la femme d'intrigue, le valet, l"écornifleur/parasite, le pédant, le soldat fanfaron.

Commedia

Francois Bunel - Actors of the Commedia dell'Arte - Fine Art Reproductionwww.kunst-fuer-alle.de

" Sot, bavard, amoureux, le pédant est ainsi une proie naturellement dévolue aux mauvais plaisants et aux valets; il n'est pas de farce indécente.qui ne lui soit faite , et il est le personnage le plus berné de la comédie du xvie siècle avec le vieillard amoureux, (...) .et avec le soldat fanfaron. "

 

Date de dernière mise à jour : 17/09/2019